Skip to content

Convaincue et engagée !

Parce que agir pour redonner sa place légitime à l’allaitement passe par une infinité d’actions, je suis devenue une Seinte.

Je manque cruellement de temps pour m’investir comme je le souhaiterai afin d’informer, de former, de soutenir et d’aider des mamans, des familles.
Par conséquent, j’agis à mon échelle.
Je prends parti, ici et ailleurs sur le net.
Je conseille – souvent à distance – ,  j’informe quand je le peux.

Dans la lignée  de mes micro-actions pour la réhabilitation de l’allaitement comme premier choix pour les enfants dès leur naissance, je t’invite à venir lire ma première contribution chez Je Suis Une Seinte :
Parce que ça ne coule pas toujours de source.

Je souhaite apporter une participation régulière à ce blog, que ce soit au travers d’articles ou de réactions ou commentaires.
A chaque nouvelle publication, tu seras informé.

Bonne lecture et bonne balade chez les Seintes, tu verras, y’a des nichons de partout, c’est chaleureux et appétissant !

Tante Aglaë a encore frappé !

Tante Aglaë n’en rate pas une, elle a toujours un œil ou une oreille qui traîne.

A table.
Le gnome, endormi sur mes genoux, ouvre à peine un œil et lâche un petit « tétée ? »
Je place le gnome face à sa bouffe, discrètement (MamaNana oblige !)
– T.A. : « Il veut téter. Tu vas pas lui donner le sein à table ?! »
– MD : « Pourquoi ? On mange bien à table nous ! »

Dans la foulée.
– T.A. : « Tu vas arrêter d’allaiter quand ? »
– MD : « Je ne sais pas… De toute façon, l’OMS recommande au moins 2 ans d’allaitement »
– T.A. : « Mais tu es payée par l’OMS ? »
– MD : « Absolument pas mais lorsque l’on sait à présent tout ce qui fait la composition des laits artificiels, je préfère continuer d’allaiter. »
Aglaë lève alors les yeux au ciel, l’air de dire : « ma pauvrette, tu es perdue ! ».

Plus tard, après le repas.
– T.A. : « Ah oui, c’est chouette de le porter comme ça. Mais le nœud est fait d’avance ? Ah c’est toi qui le fait ? Ohh.
Et tu vas le porter jusqu’à quand ? Ses 18 ans vu comme c’est parti ! »
– MD : « Je m’arrêterai à l’adolescence, après il sera comme tous les gosses, il aura honte de moi »
– T.A. : « Ah ça c’est vrai, tous les ados quand tu les accompagnes te font les déposer 100 m avant. Tu feras pareil, il descendra de ton dos au coin de la rue avant d’aller retrouver ses copains ! », me dit-elle en s’esclaffant.
– MD : « Exactement ! »

En conclusion, avec Tante Aglaë, l’humour et l’auto-dérision fonctionnent mieux que les données médicales et scientifiques…

To Do List

http://www.flickr.com/photos/goddess_spiral/3198229212/
J’ai toujours été très liste.
Liste de courses, liste de fringues à mettre dans ma valise, liste de tâches à effectuer – avec ordre de priorité s’il te plait !

Mon kiffe : vider mes listes !

Enceinte, j’ai eu le loisir de faire plein de listes, de les vider, les remplir, les jeter, les recommencer… Jusqu’au 21 février 2010.

On est dimanche. Je suis à 35 SA tout juste révolues. J’ai cousu une valisette (hypra kitch – si je retrouve des photos, je te la montre) pour mon gnome et je l’ai remplie de minuscules vêtements. Pour la maternité biensur.
De là je me dit qu’il serait temps de préparer ma valise de maternité, tant que je réussi à aligner trois pas sans tomber dans les pommes ou mourir l’asphyxie grâce à la compression pulmonaire que me fait subir l’énorme bébé que je porte.
Je démarre donc une liste de choses à y mettre. Il doit être 22h45, le premier épisode de CSI est terminé. Je dépose ma liste sur la table en me disant « Voilà une bonne chose de faite, demain je remplirai ma valise ! ».
Je vais me coucher avec l’AnDouille.

0h30, je somnole devant la télé lorsque

ploc

J’ai tout de suite su ce qu’il se passait. Excitée et inquiète (je sais qu’il est trop tôt pour accoucher mais j’ai tellement envie de rencontrer mon squatteur !), j’ai filé aux toilettes avant de réveiller l’AnDouille pour aller à la maternité.

De là, je n’ai plus réussi à boucler une seule liste en dehors de celles de fringues pour les valises (et encore)… J’te dis pas le sentiment de frustration !
Le pire, c’est que j’ai accumulé un milliard de choses à faire. J’ai des listes qui traînent partout.
Des que j’ouvre un sac (à main, à langer), je trouve des bouts de papiers, des cadavres de liste.  Mes poches en sont pleines.
Mon iPhone regorge d’applis du genre et même de photos de listes manuscrites à l’arrache sur un coin de table ou de journal… Ma tête est pleine à craquer d’infos compilées que je change d’ordre régulièrement car mes priorités évoluent avec le temps libre que me laisse le gnome !

J’ai essayé de me raisonner.
J’ai jeté quelques listes pour recommencer à zéro.
Rien n’y fait.

Mais tu sais quoi, un jour, je réussirai à vider de nouveau mes listes, j’en suis sûre !

Quand Aglaë et Marthe papottent…

Apéro Time.

Sur la table basse se bousculent saucisson, noix de cajou et autres petites réjouissances.
Le gnome, il kiffe les noix de cajou.
Il trouve que je lui en donne pas assez vite.
Il finit par se servir seul.
Il est rapide le bougre !

Tante Aglaë : « Tu devrais lui acheter une laisse ! »

20110719-161944.jpg
J’ai rarement du avoir les yeux aussi exorbités, j’te jure.

Elle continue :
« Moi j’en avais une pour ma fille.
Un jour je l’avais perdue au Bon Marché. A l’époque il y avait des portiers à chaque porte. Ils ont clos toutes les portes afin d’empêcher ma fille de quitter le magasin. Elle était petite encore.
C’est l’époque à laquelle les présentoirs étaient recouverts de grands tissus jusqu’au sol.
Elle s’était cachée sous un des présentoirs, la chipie.

Après cet épisode, je lui ai acheté une laisse. Enfin un harnais. »


#Regards incrédules de l’assemblée.

Aglaë poursuit, convaincue :
« Mais je l’ai acheté dans un magasin spécialisé. Chez Natessance, je me souviens très bien !

Sans ça il m’était impossible de faire des courses elle bougeait trop, elle s’enfuyait ! »

Tout le monde se mît alors à rire du caractère invraisemblable de cette histoire.

Marthe enchaîna à son tour :

« Moi, quand je suis rentrée du Venezuela en 58, c’était à la mode, tout le monde voulait que j’achète une laisse à mon fils.
N’importe quoi !
Je ne mettais déjà pas de laisse à mes chiens, c’était pas pour en mettre une à mon fils ! »

(Je la kiffe Marthe.)

Finalement, on a vite oublié qu’Aglaë voulait attacher le gnome pour le canaliser (enfin, tu vois que moi j’ai pas zapé le truc…).

Je retiendrai seulement que déjà dans les années fin 50 début 60, il y avait un lobbying de la puériculture.
On le remarque bien lorsque – presque pour justifier son achat – Aglaë nous explique aujourd’hui du haut de ses 82 balais, qu’elle avait bien trouvé sa laisse dans un magasin spécialisé… C’est un peu comme les gens qui se disent « tiens, voilà un joli porte-bébé Babybeurk. Comme on est chez Aubert/Vertbaudet/Autour de Bebe/etc., ça doit être bien pour porter notre futur enfant, achetons-le ! ».
Je suis persuadée que beaucoup d’articles de puer sont vendus sur ce genre de malentendus.

20110719-161836.jpg

20110719-161908.jpg

20110719-161927.jpg

Les conseils et avis – bien pourris – de Tante Aglae : le retour de la vengeance !

Tu te souviens, je t’avais fait une petite liste de tous les conseils et avis pourris qu’on te sert dès que tu es enceinte (juste là).
Je t’avais même prévenue en te précisant que ce n’était qu’un début, un échauffement, une mise en bouche.

Voilà donc, un échantillon de ce à quoi tu pourrais avoir droit, une fois ton chiard expulsé de ton utérus :

  • Tu as pensé à le faire purger ? Il serait temps à son âge, ça lui ferait du bien. A mon époque, tous les bébés étaient purgés régulièrement ! »
  • « Alors, tu le décalottes ? Il serait grand temps, il a bientôt un an et demi, tu devrais vraiment ne pas attendre. »

-> Non, je ne le décalotte pas !

  • « Tu dois faire dormir ton bébé sur le dos sinon il risque de s’étouffer. Tu connais la mort subite du nourrisson ! Puis met lui une turbulette, c’est trop dangereux une couverture !
  • « tu devrais investir dans un humidificateur d’air, c’est génial ! »

-> Okay mais ça sert à quoi techniquement ?

  • « Comment ça il n’a pas de Doudou ? Ce n’est pas normal ça ! Tu es sûre que ton fils va bien ? »
  • « Tu devrais lui filer une tétine, il tèterait moins souvent et te laisserait un peu tranquille « 

-> Si j’avais voulu être tranquille j’aurai pas fait de môme !

  • « Tu devrais le laisser un peu au soleil il est tout blanc ! »

-> Voui bien évidemment. Avec sa peau immature je lui assure un caner de la peau avant sa vingt cinquième année !

  • « Tu devrais le compléter en LA pour qu’il grossisse plus vite et qu’il fasse ses nuits et lui donner des bibs de farine aussi, ça le calerait bien le soir ! »
  • « Faut couper le cordon vous êtes toujours ensemble. C’est pas bon pour son développement et son autonomie. Même pour toi ce n’est pas bon. »
  • « Faut le laisser pleurer, ça lui fait les poumons et ça lui montre qui est le maître. »

-> C’est un bébé, pas un chien !

  • « Tu ne lui rends pas service à le prendre sans cesse dans les bras ou à le porter en écharpe. »
  • « Il a obtenu ce qu’il voulait. Ils sont malins, même tout petits. Méfie-toi ! »

-> Non c’est sur, le laisser pleurer à 3 semaines pour lui apprendre le plus tôt possible que la vie est dur, injuste et qu’on est seul, c’est indispensable et vitale pour son développement psychologique. Il saura qu’il ne peut même pas compter sur sa mère, ça augure un avenir de bonheur !

  • « Tu fais comme ça toi ? Non non, je ne juge pas mais MOI j’ai toujours fait comme ça et ça a toujours marché regarde hop tu fais comme ça, comme ça , c’est bien mieux ! »

-> Merci pour le conseil non sollicité. Rappelle-moi de venir t’emmerder si tu fais un autre gosse et de passer de longues minutes/heures à te démontrer que ma manière de faire est la meilleure !

  • « Tu devrais lui donner des petits pots Blediprout plutôt que de lui faire à manger, ça te laisserait plus de temps pour autrechose. En plus, sont trop bons les Blediprout, c’est même moi qui les finis, c’est pour dire ! »
  • « Tu sais, tu devrais dormir la nuit, t’as vraiment pas bonne mine en ce moment ! »

-> Sans déconner, j’essaie, je te jure que j’essaie.

  • Pourquoi tu lui mets du talc sur les fesses, il est irrité ?

->Lui non mais moi oui !

  • « Tu devrais te débarrasser de tes chats. Ok t’as pas eu la Toxoplasmose pendant ta grossesse mais ton fils va finir par être allergique ou par choper une merde avec tes chats qui sont en liberté. C’est porteur de vers et de germes. Puis tu sais, les chats c’est vicieux, ça m’étonnerait pas qu’ils essaient d’étouffer ton bébé! « 
  • « Tu devrais le sevrer, tu n y trouveras que des avantages : bib à heures fixes, nuits complètes, et tu pourras enfin faire un régime et retrouver la ligne ! Sans parler des nuits de sommeil… »

-> Ouah ! Que d’arguments chocs ! Ça me permettrait de dormir ET de ressembler à une M.I.L.F., tant pis si mon fils doit se farcir de l’huile de palme et plein d’autres merdes, tant que je suis reposée et que j’ai la ligne finalement ! Seulement y’a aussi des gnomes nourris au LA qui ne font pas non plus leur nuit !

Je tiens à remercier mon entourage – plus ou moins proche – les gens que je connais de vue mais aussi tous ceux que je ne connais pas pour m’avoir signifié vos divers avis sur la manière de mener MA vie. Merci pour la liste des choses que je devrai ou non faire et de telle ou telle manière.
Sans vous, j’aurai moins de choses à écrire sur le sujet, j’aurai moins douté pendant les douze premiers mois d’allaitement, j’aurai évité des crises de nerfs toute seule dans ma tête (ou planquée à pleurnicher dans mes toilettes), j’aurai évité de porter un jugement négatif sur votre manière d’aborder la parentalité (enfin pour certains c’était foutu d’avance).
Merci.
Mais la prochaine fois qu’il vous prend l’envie de m’expliquer pourquoi je devrai sevrer mon fils de seize mois et demi avant d’en faire un homosexuel refoulé violeur de grand-mères  en espadrilles vert-pomme – que-ça-se-trouve-c’est-deja-trop-tard – ou pourquoi le laisser pleurer l’aidera forcement à mieux grandir, vous vous risquez à un feed back verbalement fleuri et haut en décibels ! Vous serez prévenus, venez pas pleurer.

Nous, on a déménagé !

Un petit conseil – tout en logique – quand tu déménages, fais garder tes mômes !
Nous on a pu le refourguer à sa nounou une journée. Seulement une, oui.

Non parce que bon, un gnome de 16 mois c’est à peine plus haut qu’un carton standard, ça kiffe le bazar, ça se cache derrière les cartons entassés, ça escalade tout ce que ça peut, ça se jette pile poil sur ce que tu es en train d’encartonner parce que, tu comprends si tu ranges tout ça et qu’on ne peut pas y toucher c’est que ça doit avoir un sacré intérêt !

Le bon coté de l’avoir eu un peu dans les pattes le gnome ? Il a maintenant un sens de l’équilibre de dingue (se déplacer dans ce bazar c’était du sport), il a appris à escalader les obstacles sans peur, il sait qu’il n’aime pas le scotch parce que ça colle trop, que le marqueur noir, ça pique le nez, qu’on a beau faire le ménage, derrière les meubles y’aura toujours de la poussière (il a donc appris le maniement du balais, de la balayette et de l’aspirateur).

Sa partie préférée ? Être encartonné pour de faux (nan, en fait il a flippé dès qu’on a tenté de fermer le carton) ou peut être les allers-retours dans les escaliers de la nouvelle maison. Trois étages sur le dos en double hamac inversé  en se gaussant tout du long et en sautillant dans l’écharpe (il aime être balancé) pendant que maman montait péniblement ses petites affaires… Combien d’allers-retours ? Autant que d’éclats de rire !

Je remercie JPMBB car malgré cela, je n’ai pas eu mal au dos. Merci Olivier et Keren, je le savais déjà mais je le reconfirme, votre écharpe est au top !

Articles de puériculture – ou comment se ruiner au mieux avec de l’inutile ?

Les articles de puériculture, c’est un peu comme la bouffe pour gamin, on te martèle que TU TE DOIS d’avoir tel transat, telle chaise haute et telle poussette, tu en vois partout, donc forcément, tu finis par croire que tu as besoin de tout ça…

Avant d’être enceinte ou de tomber enceinte (mais j’aime pas cette expression. On tombe pas, on le cherche de manière générale en plus… Bref) et pendant ma grossesse, j’étais comme toutes les nullis ou primis, pleine d’eau, de convictions, de grands principes et d idées reçues sur ce dont j’avais besoin pour accueillir correctement mon gnome. Lire la suite…